Chaque instant est fait exprès.

Chaque instant est fait exprès.

Day 2, je m’écris et je publie !

Parfois tu as l’impression que le monde entier est contre toi, que tu n’es plus rien, que tous tes désires s’effacent, et que plus rien a de sens. Tu fais alors face à de la solitude. Cette solitude est douloureuse.
Cette solitude te fait souffrir car tu refuses de la vivre sous prétexte que tu ne l’as pas choisie. De ce fait, tu cherches autour de toi et remets en cause tout et tout le monde.
« Je n’ai pas ceci, je n’ai pas cela, j’aimerai plus de ceci, j’aimerai plus de cela… Il m’est arrivé ceci, il m’est arrivé cela »…


Et si ces instants étaient faits exprès ? Et si la vie était simplement en train de te faire passer un message ? Tu ne peux comprendre ni changer une situation si tu continues à croire que les gens, les choses et tout ce qui t’entoure est un pur hasard et que tu n’as rien choisis.

Le but n’étant donc pas de chercher à résoudre un problème à l’extérieur de toi puisque la base de tes problèmes ne provient que d’une seule chose : ta perception de ce qui est.
Lorsque tu juges une situation comme étant un problème, tu es en fait en train d’en réclamer d’avantage. Tu intensifies tout ce sur quoi tu portes ton intention.
Il y a un problème ? Ne cherches pas à le résoudre, cherche à le regarder d’une autre manière, et il disparaîtra bien plus rapidement !

Acceptes de te reconnaître comme étant perdu, souffrant, mal dans ta peau, malade. Et tu permettras à la vie de te faire vivre et expérimenter tes désirs d’une autre manière.
Et au fait, même lorsque tu souffres, d’une manière ou d’une autre, peu importe pour qui, pourquoi ou comment, c’est déjà l’un de tes désirs les plus profonds de pouvoir l’expérimenter.
Chercher à résoudre quelqu’un ou quelque chose, c’est juger une situation comme ayant besoin d’être autre chose que ce qu’elle est, c’est donc se maintenir dans l’inacceptation.
L’inacceptation de ce qui est fait naître la souffrance.
Comment accepter ? Prendre du recul sur ce qui est en train de se passer et percevoir qu’au fond de toute chose, et de toute personne, tout est déjà en ordre, rien est à modifier. Seule ton interprétation sur la chose peut te faire souffrir.

La souffrance, la colère, la maladie, l’angoisse, le désordre, l’incompréhension… ne sont que des voiles qui cachent la lumière. Dans l’acceptation, nous nous autorisons a percevoir la lumière au travers de chaque choses et de chaque personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *